La vie à Brissie

Catégories Australie, Queensland0 Commentaire

Arrivée à Brisbane

Un peu plus de 6 mois après ma première arrivée ici en avion, me voilà de retour à Brissie avec Morgane !

Pas mal de choses se sont passées depuis ma dernière venue. Tout d’abord, je ne l’appelle plus Brisbane, mais Brissie… Les australiens ayant le réflexe presque inné de tout renommer plus simplement.

Breakie, Smoko, Brissie, Rockie, Aussie, Tassie, Avo, Arvo, on commence à être familier de ces surnoms. Une vraie langue dans la langue, l’argot australien nous parait bien plus ancré, répandu et large que ceux de notre pays.

Notre première mission, c’est de trouver un endroit où dormir tranquillement. En ville, c’est interdit… Au camping, il faut sortir de la ville et cela va vite nous couter de l’argent. On va donc tenter les backpackers du centre-ville. Certains ont parfois des spots de libre pour les voyageurs comme nous.
Malheureusement, ils sont tous complets… Sauf un, qui nous coute bien cher. On décide d’y rester une nuit, pour être tranquille, mais il faudra ensuite recourir à la solution la plus risquée : dormir dans le van, dans les rues de la ville. Si cela peut vous aider dans votre propre quête, le backpack c’était le Somewhere to stay.

Comme on a des démarches administratives, on trouve un autre backpack qui nous aidera par la suite à avoir une adresse postale fixe. Pratique pour ouvrir des comptes en banque par exemple.

  • Notre nid douillet

Les premières nuits, nous les passons dans Brighton Road, à côté de notre premier backpack. Le coin est tranquille, mais il ne nous parait pas optimal. Nous sommes dans une rue trop résidentielle. On se renseigne, et on apprend qu’un super coin existe le long de Brisbane River, sur Riverside Drive. Malheureusement, si la rue est super pour la journée, la ville a depuis peu interdit le stationnement de nuit. C’était un rassemblement trop connu pour les backpackers en van. On y trouve des espaces verts pour pique-niquer, et il y a peu de passage. On y gare donc le van la journée, mais la nuit, il faut trouver autre chose.

On fait le tour du quartier, et on finit par trouver un super spot sur Filmer Street ! Il y a là quelques places pour stationner la nuit, au milieu de bâtiments d’entreprises ou désaffectés. Il y a bien un immeuble, mais nous sommes masqués. On peut donc dormir tranquillement ici, et comble du bonheur, une entreprise du coin à un robinet d’eau extérieur, parfait pour se brosser les dents avant de dormir. On y rencontrera 2 autres voitures venant comme nous presque tous les soirs. Nos voisins veulent être discrets, comme nous, et on garde nos distances finalement.

Du travail, vite !

On a que 3 semaines ici avant nos vacances en Nouvelle-Zélande, mais pas question de chômer pour autant ! Il nous faut vite trouver du travail afin de mettre de l’argent de côté. Nos réserves ne sont pas vides, mais la vie est chère ici. Il vaut mieux anticiper que d’attendre le dernier moment.

On va très vite trouver du boulot, ce qui nous change de nos galères de Cairns. Notre emploi de wwoofing à la ferme de crocodiles est un sésame incroyable !
Morgane va donc faire du ménage chez des particuliers et quelques bureaux. Elle prend le van tous les jours, car elle doit se déplacer et transporter tout son matériel. Évidemment, cela me laisse à pied dans la ville assez tôt dans la journée.

Morgane stock son matos dans Moody
Morgane stock son matos dans Moody

Pour ma part, je trouve un job de commercial chez Aussie Farmers Direct, je vends des prestations de livraison à domicile de produits alimentaires, issus des fermes locales. Tous les matins, une fois Morgane partie, je dois patienter que la ville se réveille. Je me rends donc au GOMA profiter de leur Wifi et de leurs bancs en accès libre. Puis mon rituel quotidien se prolonge par une douche au lagoon de la ville, situé non loin de là. Froide, mais bienvenue !
Enfin, j’arrive aux bureaux de mon boulot, où j’ai le temps de faire sécher ma serviette avant de commencer la journée.

Tout est donc en place pour notre court séjour dans la ville. On va pouvoir maintenant avancer et profiter ! Et dans le coin, il y a de quoi faire. On vous en dit plus la prochaine fois…

Un vrai champion de la vente
Un vrai champion de la vente

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.