Bolivie : voyage au parc national de Sajama

Catégories Bolivie0 Commentaire

Parc national Sajama : découvrir la Bolivie

Avant-dernier pays de notre tour du Monde, la Bolivie s’annonce comme un pays incroyable pour découvrir les merveilles de l’Altiplano.

Ce pays est très haut en altitude sur une grande partie de sa surface, et c’est par le parc national de Sajama que nous allons commencer notre itinéraire ici. Ensuite, nous descendrons vers Uyuni et Tupiza, afin de faire plus tard le légendaire road-trip à travers le Sud Lipez et le Salar d’Uyuni.

Bolivie sajama

Passer la frontière bolivienne

Pour se rendre à Sajama, il ne faut pas être trop pressé, et s’organiser un peu en amont.

Nous étions donc à Putre, au Chili, de l’autre côté de la frontière. Pour pouvoir faire le voyage, il faut simplement prendre le bus qui remonte la Route 11 jusqu’à la frontière bolivienne. Ou faire du stop avec l’un des camions qui passent, mais attention ils ne sont pas hyper nombreux non plus !
Comme Putre n’est pas au bord de la route, notre guide local, Oriol, nous y dépose gratuitement 🙂

Une fois là, on a quand même attendu 1h que le bus prévu passe, pour enfin passer en Bolivie. De l’autre côté de la frontière, nous avons attendu notre hôte de l’Hostal Sajama, pour qu’elle vienne nous récupérer au bord de la route 4, à Laguna. Hésitez pas à anticiper sur ce genre de demandes, car internet n’est pas disponible partout dans le coin !

Hostal sajama bolivie
Notre chambre à l’Hostal Sajama

On a donc patiemment attendu une autre heure, et là une dame charmante nous a récupérés, juste au moment où une grosse averse commençait à tomber ! Franchement, on a eu chaud sur le coup, car il n’y avait nul part où s’abriter.

Sur la route menant au village de Sajama, il y a un poste de gardien pour l’entrée du parc national Sajama, pour lequel il faut payer un ticket d’entrée. Ce billet vaut cher, 100 Bolivianos ! C’est une somme assez conséquente pour l’endroit, mais nous sommes toujours ravis de payer ces droits d’accès quand ils permettent l’entretien des parcs, ou toute autre prestation de conservation. Malheureusement il n’y avait personne, et comme le poste est très éloigné du village, il nous est impossible d’y revenir avant notre départ dans 2 jours.

Que faire à Sajama ?

Sajama a beau être un petit village perdu dans la pampa, ce n’est pas pour autant qu’il n’y a rien à faire !

La meilleure attraction selon nous, c’est l’ascension d’un des volcans voisins. Du village, on a une superbe vue sur 3 d’entre eux :

  • Le Pomerape
  • Le Parinacota
  • Le Sajama, le plus haut sommet du pays !

mamitas bolivie

Une autre activité sympa, c’est de se rendre aux sources d’eau chaude, en remontant vers le nord.

Enfin, vous pouvez aller aux pieds des volcans voir les geysers, à 8km du village.

Quant à ceux qui n’aiment pas marcher, vous pouvez toujours profiter de la quiétude du village et tenter de vous perdre dans le parc, car il n’y a vraiment rien d’autres à des kilomètres à la ronde, hormis des lamas et des alpacas…

Bref, un petit paradis pour se détendre et s’initier tranquillement à la culture bolivienne.

Ascension du Parinacota… ou pas !

Une de nos motivations à venir ici, c’était de pouvoir escalader le volcan Parinacota, et de grimper à plus de 6000m d’altitude sur un volcan des Andes.

Franchement, ça doit être un truc de fou de se retrouver là-haut, et de pouvoir contempler son jumeau, le Pomerape, et profiter de la vue sur le parc national Sajama.

parc national sajama bolivie

Mais malheureusement, on est dans une période pas franchement adéquate. La météo est belle au matin, mais elle vire très vite sur des orages violents en altitude, avec des éclairs frappant les flancs des volcans.
Alors c’est très beau à voir de loin, mais on a pas franchement envie de se retrouver sur un volcan à cet instant précis.

L’ascension démarre de nuit, et le but est d’arriver au lever du jour au sommet. Techniquement, cela doit donc nous permettre de redescendre à temps et de remonter dans la voiture avant les orages. Mais comme rien n’est jamais garanti, et que l’on ne préfère pas prendre de risque, on préfère passer notre tour. Tant pis pour les frissons de la grimpette !

Les geysers de Juchusuma

parc national sajama

Comme l’ascension du Parinacota n’est pas possible, on se rabat sur une autre activité : une marche jusqu’aux geysers de Juchusuma, aux pieds des volcans.

Alors on se lève tôt, car il nous faut faire 16km aller et retour avant de se prendre les orages… Pour y arriver, il faut prendre un chemin qui est indiqué par un panneau en sortant par le côté ouest du village, derrière l’église.

A partir de là, il suffit de suivre le chemin jusqu’aux geysers ! Comme la végétation est assez basse, il n’y a rien de difficile. Sur la route, on a vu pas mal de petits bousiers en train de faire leur boulot avec leurs petites boules ! Trop mignon (et surtout très utile pour la reproduction des plantes).
Hormis ces petits travailleurs de l’ombre, on a aussi pu passer à côté d’enclos à lamas et alpacas.

Après près de 2h de marche, nous voilà enfin aux geysers ! Alors soyons clairs, c’est vraiment beau l’endroit, mais après ceux de Nouvelle-Zélande et d’El Tatio au Chili, on en prend un peu moins plein les yeux.

  • geysers bolivie sajama

Ici, c’est plus les alentours qui rendent le moment spécial, car nous sommes seuls, sans aucun autre être humain à côté de nous. Et ça, c’est vraiment rare pour un endroit comme celui-ci ! Ça vaut bien tout ceux que l’on a pu voir par ailleurs du coup !

Si vous voulez en profiter en prenant un peu de hauteur, il y a un petit mirador facilement accessible. Et si vous avez le temps, vous pouvez pousser votre marche plus loin, pour voir un lac. Mais nous on doit se contenter des geysers à cause de la météo.

Chienne de vie

D’habitude, on a plutôt de bonnes expériences avec les animaux. Mais ce jour-là, on a un peu eu peur !

De retour des geysers, on a fait une pause à notre hôtel pour manger le midi. Comme Morgane ne voulait pas manger toute la viande qu’elle avait, et pour éviter qu’elle ne finisse à la poubelle (la viande… pas Morgane !), on l’a gardée pour la donner à des chiens dans le village.

Morgane n’étant pas très à l’aise avec les chiens, et moi comme je les adore, je me suis collé la partie « service canin »… Autant vous dire que c’était la dernière fois qu’on nourrissait des chiens d’inconnus !
On avait repéré deux chiens près de notre auberge, qui dormaient souvent à côté d’un 4×4.
A mon approche, ces chiens ont du croire que j’en voulais à la voiture de leur maitre, car ils ont littéralement essayé de me bouffer les mollets !!!

Heureusement j’ai pu me servir de mon gros manteau comme d’une cape de torero pour leur masquer la vue et aller à reculons jusqu’à notre hôtel, sous le regard médusé des habitants, et apeuré de Morgane. Je n’ai jamais eu peur d’un chien de ma vie, mais là, ça m’a vraiment fait froid dans le dos. Voir les crocs de ces chiens m’a refroidi en moins de 2.

Enfin, bibi a toujours ses deux jambes intactes, et heureusement car l’hôpital le plus proche n’est pas franchement une option en cas de pépin de ce genre. On va pouvoir continuer nos voyages en Bolivie, jusqu’Uyuni et Tupiza !

Partir de Sajama

Comme la météo ne s’améliore pas, on ne pourra pas accéder aux sources d’eau chaude l’après-midi, mais pour en avoir vu quelques photos, on vous conseille d’y aller !

Pour cela, il faut sortir du village par le nord, et marcher pendant 1h30 je crois.

Le temps à Sajama touche donc à sa fin pour nous, et pour quitter le village, il faut prendre le minibus sur la place centrale, un peu avant le lever du soleil. Alors soyez patients et rapides ! Premiers arrivés, premiers servis, et c’est le seul transport en commun de la journée. Et patients, car ils attendent de remplir le bus pour partir.

En sortant du parc, le poste des gardiens est toujours vide, donc pour la première fois, on part sans payer notre entrée 🙁

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.