Bali, la fièvre hindouiste

Catégories Indonésie0 Commentaire

30 ans en mode luxe

Nous arrivons à la fin de nos aventures indonésiennes ! On avait décidé de garder la découverte de Bali pour la fin, avec ses innombrables temples à visiter.

Le célèbre temple Tanah Lot, comme un navire à la mer
Le célèbre temple Tanah Lot, comme un navire à la mer

Avant d’arriver à Bali, nous fêtons mes 30 ans à Labuan Bajo… Pas forcément le meilleur endroit pour l’occasion. Mais Morgane m’a fait la surprise de nous réserver un séjour dans un hôtel « luxueux » de Bali à notre retour sur l’ile la plus touristique du pays. Ici, le mode d’ordre c’est de profiter d’une installation plus haut de gamme pour se détendre et de célébrer mes 30 ans dans un contexte un peu moins backpacker.

Chambre ouverte sur l’extérieur, piscine à débordement, massages professionnels, apéritif d’accueil (à base de citronnelle et de gingembre, excellent !), vue imprenable sur les rizières alentour, restaurant sympa, tout est là pour notre confort. On profitera également d’une balade à pieds pour rencontrer certains habitants de la région et se confronter à leur mode de vie, loin des charmes de notre hôtel.

Au final, un court intermède dans ces 5 semaines, mais voilà un anniversaire dont je me souviendrai longtemps !

Palais de justice de Klungkung

Depuis notre hôtel, nous prenons également le temps de faire appel à un taxi pour découvrir un des sites touristiques de la région : le palais de justice de Klungkung. Situé dans la ville de Semarapura, il fut construit au 17e siècle. On peut y voir beaucoup de fresques peintes, témoignant du passé culturel de la région.

Les fresques du palais de justice de Klungkung
Les fresques du palais de justice de Klungkung

Un artiste est d’ailleurs présent sur place pour peindre des œuvres d’art.

On apprécie ici le mélange de la pierre, de l’eau et des plantes, enrichis d’une salamandre et d’un varan pour compléter la visite ! Un super site malgré sa taille modeste.

Ubud, cœur hindouiste de Bali

Notre prochaine destination sur Bali fait partie des sites les plus fréquentés de l’ile : Ubud.

Cette ville, c’est un vrai concentré de la vie balinaise. Tout ici est intense, et on est très vite autant impressionné par la beauté de la ville et de ses alentours, que harassé par ses myriades d’habitants qui veulent tout nous vendre et ne cessent de nous offrir leurs services de manière parfois un peu trop enjouée.

Le premier temple que l’on souhaite voir, le Pura Desa est malheureusement fermé. Dommage, il est le principal de la ville et est riche de statues apparemment impressionnantes à contempler.

Le Pura Desa ne nous offrira pas ses merveilles aujourd'hui
Le Pura Desa ne nous offrira pas ses merveilles aujourd’hui

Nous nous rendons alors au Puri Saren Agung, qui était la résidence officielle de la famille royale à Ubud. Beaucoup de touristes se massent ici, et on étouffe un peu… On ne s’éternisera pas trop, mais on apprécie l’architecture et les statues.

Puri Saren Agung
Puri Saren Agung

Prochain temple, le Pura Ggunung Lebah. Ce temple du 8e siècle se fond parfaitement dans son environnement, et il est très paisible à découvrir, un peu plus excentré que d’autres.

Nous finissons avec le Pura Taman Saraswati, qui se reconnait entre tous par son bassin rempli de lotus. Ce temple est dédié à la déesse Saraswati.

Pura Taman Saraswati
Pura Taman Saraswati

Pour finir de profiter de la ville d’Ubud, on se laisse le temps de vagabonder dans ses rues, de découvrir les hauteurs de la ville pour une petite marche, d’assister à une cérémonie du Ramayana et de visiter le musée d’Antonio Blanco installé dans son ancienne maison. C’est un peintre d’origine américo-espagnole, né aux Philippines, qui est décédé à Ubud en 1999.
L’endroit est un peu particulier, et l’artiste avait un certain goût pour divers fantasmes sexuels retranscrits dans une des pièces du musée. On vous laissera découvrir cela sur place ! Pour notre part, on a le droit ce jour-là à une séance photo de mannequins avec leurs amis aviaires. De beaux oiseaux !

La foret des singes d’Ubud

Que serait un séjour à Ubud sans aller découvrir la fabuleuse forêt des singes ?

Si cette ville est aussi connue, il ne faut pas se leurrer, c’est surtout grâce à cela ! Et il faut prendre le temps de la visiter, car c’est presque une ville dans la ville. Outre les innombrables singes, il y a sur place beaucoup de temples. Et comme nous sommes dans une forêt, les temples se fondent à merveille dans les arbres et les lianes. Le spectacle est insolite, et peut-être unique en Indonésie.

Alors attention tout de même, des précautions s’imposent. Les singes peuvent être un peu farceurs, et il vaut mieux venir ici avec le minimum d’affaires. Assez rapidement, un grand mâle m’a surpris par derrière en tapant dans ma bouteille d’eau. Il s’est ensuite montré très agressif pour que je ne vienne pas la récupérer. Comme les singes sont protégés ici, mieux vaut les laisser tranquilles. Mais ce singe-là ne profitera jamais de son méfait, car le contenu de la bouteille s’est vite répandu sur le sol… Quel gâchis.

Un peu plus loin, c’est un jeune singe qui a très facilement ouvert le sac de Morgane pour lui chiper des papiers ! Rien d’important heureusement, mais sa sacoche avec son argent était juste à côté. C’est décidé, les singes, on se méfiera maintenant.

Certains leur donnent à manger, nous on préfère éviter car ils se montrent bien trop enclins à nous monter dessus et à nous faire les poches. Un des singes a ainsi voulu ouvrir le sac de notre appareil photo, et m’a mordu quand j’ai voulu le pousser. Cela me vaudra d’abord un aller à l’infirmerie locale pour me faire désinfecter, puis ensuite, après qu’un touriste m’ait fait peur en me parlant de la rage, on ira à l’hôpital international de Denpasar. Après diverses discussions et recherches, je décide de ne pas me faire vacciner. Ce sont surtout les chiens et les singes complètement sauvages qui sont à craindre. A Ubud, ils sont en théorie tous vaccinés. Je décide de faire confiance aux Indonésiens !

Heureusement, certains singes de la forêt d’Ubud se montrent plus calmes et dociles, et nous permettent d’évoluer au milieu d’eux sans nous sauter dessus.

Goa Gadja, la grotte de l’éléphant

Comme je le disais plus tôt, difficile de ne pas se faire harceler à Ubud par les commerçants. L’avantage, c’est qu’il est très très facile de s’organiser une excursion à la journée pour visiter divers sites touristiques de la région.

Non loin d’Ubud, nous partons d’abord découvrir le Goa Gadja, la grotte de l’éléphant. Cet ancien temple bouddhiste du 9e siècle est désormais dédié à Ganesh, figure emblématique de l’hindouisme. Il figure au patrimoine mondiale de l’Unesco.

L’entrée de la grotte est impressionnante, ces sculptures de démons nous rebuteraient presque ! On a peur d’être dévorés en y pénétrant…

Sur le site, je suis soudain pris d’une irrésistible envie de me mettre en communion avec mon environnement, et je me laisse aller à un rituel hindouiste avec un local. Bon, cela sent l’arnaque touristique, mais je me dis que ça ne devrait pas durer longtemps, ni me coûter trop cher. Le « prêtre » me fait quelques bénédictions, avant de me demander un billet. Rien de bien méchant, ni de bien excitant d’ailleurs.

Le Goa Gadja
Le Goa Gadja

Gunung Kawi

Deuxième arrêt de notre journée : Le temple du Gunung Kawi, construit au cours du 11e siècle.

Pour y accéder, il faut marcher un petit peu, et descendre le long de rizières que nous vous invitons à admirer si vous avez le temps ! C’est vraiment superbe.

Ce temple, qui est surement l’un de plus beaux que nous verrons sur Bali, est assez étendu, et est un lieu vraiment propice à l’introspection et à la balade méditative. Il est constitué de plusieurs parties extérieures, creusées dans la roche. C’est un lieu à voir absolument si vous passez dans le coin !

Pura Tirta Empul

Le clou de la tournée du jour, c’est ce magnifique temple d’eau de la région de Tampaksiring : Le Pura Tirta Empul.

Sur ce site se trouve une source d’eau qui jaillit du sol (qui donne son nom au temple), et c’est donc devenu logiquement un endroit sacré pour les indonésiens. Le but est de venir dans l’eau pour se purifier. Ce rituel étant également accompli par les nombreux touristes qui viennent voir cette merveille.

Ce temple, qui date du 10e siècle, est dédié au dieu Vishnu.

Le Kopi Luwak

On arrive maintenant à la seule partie du tour que l’on ne voulait pas faire… Mais pas vraiment le choix si on ne veut pas tout organiser tout seul, et louer un chauffeur à la journée : une visite d’une plantation de café.

Ici, les plantations sont nombreuses, et si cela m’intéresse personnellement depuis que j’apprends le métier de Barista en Australie, nous sommes très réticents car cela sent l’attraction touristique.

Sur place, nous sommes au début ravis d’en apprendre plus sur les différences entre Arabica et Robusta, mais le plaisir laisse vite place à la déception lorsque nous découvrons le Kopi Luwak.

Ce café, réputé pour être l’un des meilleurs du monde, et qui se vend à prix fort, nécessite l’utilisation des Luwaks, des civettes locales. Si à l’état sauvage ces animaux adorent les cerises de café, ici elles sont enfermées dans des cages minuscules, et forcées de manger cerise sur cerise. C’est la non digestion des graines de café dans leur système digestif qui leur confère des arômes particuliers.
Mais cela a un prix, et les animaux tournent en rond dans leur cage, avec un comportement d’une telle répétition que l’on comprend vite le mal-être qui les habite.

Honnêtement, pour avoir goûté ce café, je ne trouve pas cela justifié, et je préférerai voir ces animaux en liberté.

Cérémonie funéraire devant le volcan Batur

On poursuit cette journée par un stop en face du terrible Mont Batur. Cette montagne de feu, vénérée et crainte par les Balinais, est un volcan actif qui crache sa colère tous les 10 ans en moyenne.

Nous n’aurons pas le temps pour faire son ascension, mais cela est possible. La vue avec le Lac Batur à côté est superbe, et on en profite pour prendre le temps de suivre un cortège funéraire traversant le village où nous sommes.

Ce n’est pas le premier cortège que nous voyons, mais cela nous surprend toujours agréablement de voir comment leurs rites funéraires peuvent différencier des nôtres.

La fin de journée sera dédiée à la contemplation de rizières en terrasses, mais rien de bien folichon.

Rizières en terrasses
Rizières en terrasses

Tanah Lot

Le lendemain, nous repartons vers le sud de Bali, direction Kuta. Nous souhaitons voir un temple très, très touristique, mais super beau : Le Tanah Lot.

Semblant tel un navire échoué sur la plage, ce temple se visite surtout en fin de journée pour profiter du coucher de soleil. Au vu de la masse de touristes, on va se contenter d’une balade autour du site, afin de mieux découvrir les lieux et de pouvoir prendre du recul pour nos photos.

Le Tanah Lot surgit des flots !
Le Tanah Lot surgit des flots !

Ce site est vraiment à part dans les nombreux temples balinais, et sa localisation au sud de la péninsule balinaise ne doit pas vous empêcher d’aller le découvrir !

Amed et la côte Nord

Il y a une ville que l’on voulait absolument faire avant de rentrer à Perth, c’est Amed.

On en avait entendu beaucoup de bien, et on avait hâte d’aller passer 2 jours là-bas pour profiter de ses plages, ses collines environnantes et de pouvoir se détendre loin des foules de Kuta et Denpasar.

La plage d'Amed
La plage d’Amed

On profite tranquillement du coin, des couchers de soleil sur la colline voisine, des balades en scooter, et d’un très bon restaurant local tenu par un réel autodidacte de la cuisine.

Mais notre aubergiste, très jeune, est parfois un peu envahissant et nous dérange quand nous sommes tranquillement dans notre chambre ;-)…

Morgane me fera une petite frayeur en laissant tomber la GoPro dans l’eau au cours d’une session de snorkeling, avec le sable noir et l’eau trouble… Heureusement, elle l’a retrouve assez vite en revenant sur ses pas. Ouf !

Le temple Besakih

Depuis amed, nous dédions une nouvelle journée pour visiter les environs, et l’on commence fort par le Besakih. Ce temple, on avait de grosses attentes le concernant. C’est le plus gros, et le plus sacré pour les hindouistes de Bali. On se dit que l’on va apprécier la visite !

Mais malheureusement, cette visite tournera au fiasco, et il nous laissera notre pire souvenir de nos vacances. Du début à la fin, tout le monde a tenté de nous soutirer notre argent.

Le temple Besakih
Le temple Besakih

Je vous conseille de bien vous renseigner sur internet, mais le principe est simple : vous pouvez intégralement et gratuitement visiter ce temple. Chose que l’on ne savait pas. Et à force d’être dérouté du chemin et de l’accès au temple car nous ne voulions pas financer les faux guides et faux gardiens, nous sommes partis énervés et déçus.

Le temple Tirtagangga

Nous arrivons au dernier stop de nos 5 semaines de vacances, en finissant notre tournée de Bali par le temple Tirtagangga ! Et franchement, on ne sera pas déçu cette fois-ci.

Le lieu est superbe, avec peu de touristes et donc une certaine quiétude qui anime l’endroit. Le mélange des statues et de l’eau est du plus bel effet, et on savoure après le Besakih qui nous avait laissé un arrière-goût amer.

On vous invite à venir ici pour profiter du lieu sereinement, car c’est un réel plaisir, et nous sommes ravis de partir d’Indonésie avec un tel souvenir. Cela nous permet de relativiser certains moments. Mine de rien, 5 semaines ici, ce n’était pas de tout repos. Mais au final, on repart chez nous avec plein de supers images en tête, et des souvenirs très forts. On aura un peu tout vécu en matière de tourisme dans ce pays, mais on retient surtout les bons moments.

L’Indonésie, c’est au final un vrai paradis terrestre, mais il faut savoir voir au-delà des situations parfois pas faciles à gérer, et surtout essayer de voir le plus d’iles possibles, car sa diversité culturelle est presque infinie.

On se donne rendez-vous en Australie pour la suite de nos aventures là-bas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.