Arequipa et le Canyon de Colca

Catégories Pérou0 Commentaire

La beauté d’Arequipa, l’immensité du Canyon de Colca

Après avoir passé un peu de temps dans les ruines des anciennes civilisations pré-colombiennes, il est temps de profiter de l’une des plus belles villes du Pérou : Arequipa.

Et ce qui est bien avec Arequipa, c’est que tout près de là, il y a l’un des canyons les plus profonds au Monde : Le Canyon de Colca !

Canyon de Colca Arequipa

Arequipa : notre coup de cœur !

Ceux qui nous connaissent le savent, nous les grandes villes, on ne kiffe pas trop… Mais après Cuzco qui nous avait vraiment emballés, Arequipa nous a réellement séduits ! Cernée par différents volcans, elle vous attend au pied du volcan El Misti.

Arequipa, c’est près de 1.3 millions d’habitants !!! C’est tout simplement énorme, et cela en fait la deuxième plus grande ville du pays. A priori, elle démarrait mal son plan séduction. Mais c’est oublier qu’elle est surnommée la cité blanche, à cause de la roche volcanique blanche utilisée pour sa construction. Elle nous rappelle un peu la ville Bolivienne de Sucre.

  • Arequipa Plaza de armas

Du coup le charme opère facilement lorsqu’à cette blancheur on y ajoute les différents bâtiments historiques de la ville :

  • La Cathédrale
  • Le Monastère de Santa Catalina (gros gros coup de cœur !)
  • Le Musée Santuarios Andinos
  • L’Eglise de la Compania
  • La Casa Ricketts
  • Arequipa Mercado Centrale

Notre petit conseil ? Allez faire la visite guidée de la ville. Vous aurez ainsi le loisir d’admirer tout cela en compagnie d’un guide local qui pourra vous donner des informations très sympas en complément. C’est franchement top à faire. N’oubliez pas le pourboire à la fin 😉

Monasterio de Santa Catalina

Monastère ou couvent, peu importe, cet endroit est l’attraction la plus belle de la ville d’Arequipa. Il occupe tout un quartier de la ville, alors il vous sera difficile de le manquer. En plus, il est très beau, très coloré, donc vous devez absolument vous y arrêter.

On se croirait dans une petite forteresse, voire même un labyrinthe tant il nous est difficile de nous y orienter seuls. A Santa Catalina, on se sent à l’abri de la ville, comme si nous avions été transportés ailleurs. Le blanc immaculé d’Arequipa a laissé place au bleu et au rose, les plantes sont omniprésentes, et les ruelles presque vides à l’heure où nous y sommes. Loin du tumulte de la Plaza de Armas du centre.

  • Santa Catalina Arequipa Cloitre

Ce couvent date du 16e siècle, et fut construit par Dona Maria de Guzman, une veuve visiblement très riche. Elle choisissait ses nonnes dans les plus prestigieuses familles espagnoles, qui devaient ensuite vivre une vie pieuse et chaste. Mais loin d’elles de s’ennuyer, elles avaient à disposition des servants, des esclaves et des musiciens. Des nonnes un peu débridées en somme. Tant et si bien qu’au 19e siècle, sous l’ordre du Pape, les choses ont radicalement changées.

Aujourd’hui, on peut donc visiter ce superbe endroit, ses cloitres, sa chapelle, son mortuaire, l’ancienne cuisine, ses ruelles et ses petites places, ainsi que la cellule de la Sœur Anne, fameuse pour ses prédictions.

  • Arequipa Santa Catalina

Arequipa : des restaurants alléchants

Outre le traditionnel Mercado Central, où nous prenons nos habitudes comme souvent (prix défiants toute concurrence, animation et vie locale), nous découvrons à Arequipa des restaurants qui nous ont réellement donné l’eau à la bouche.

Le premier, c’est Ratatouille ! Ne soyez pas surpris par son nom, c’est bien un français qui gère ce restaurant. Le décor est très sympa avec notamment une terrasse qui est en cour intérieure. Et les prix sont presque dignes du Mercado Central ! Pourtant, c’est une vraie bonne cuisine. Le midi, vous ne trouverez pas mieux en terme de rapport qualité/prix. Mais allez-y à l’ouverture, c’est vite bondé.

El Buda Profano Arequipa

Enfin, on a adoré El Buda Profano. Sous ce nom intriguant se cache un restaurant de sushis Vegan ! Oui oui, ici on remplace le poisson par des fruits et des légumes finement coupés, et ça marche. En fait, on y allait tous les soirs…

Canyon de Colca, la suite de nos aventures

Après avoir passé plusieurs jours à Arequipa pour reprendre des forces, il est maintenant temps de dire au revoir à cette ville magnifique ! Nous repartons à l’aventure, direction le mythique Canyon del Colca.

Sur la route qui nous y mène, j’essuie quelques larmes qui coulent le long de ma joue. Nous sommes à 2 semaines de notre retour en France, et après 27 mois passés à l’étranger à vivre cette vie de voyages, de rencontres et de découvertes, je me sens envahi d’une nostalgie et tristesse immense. Morgane est heureusement là pour me remonter le moral. Face à nous se dévoile désormais le second plus profond canyon du Monde !

Mine de rien, 3400m de profondeur, ça en jette ! Et on s’attend à souffrir sous le soleil de plomb qui y règne en ce moment. Chouette 🙂

Randonnee Canyon de Colca

Visiter le Canyon del Colca

Beaucoup de Monde vient ici, mais principalement pour visiter une chose : le village de Sangalle, surnommé l’Oasis.

Sangalle Canyon de colca
L’Oasis de Sangalle

Pour visiter ce site, il faut donc se rendre en bus au village de Cabanaconde, point de départ des différents treks locaux. De là, vous avez la possibilité de descendre directement à Sangalle, situé sur le même flanc du Canyon de Colca. Comptez 3 heures pour descendre, et près de 4h pour la remontée.

A Sangalle, vous y trouverez un véritable oasis, avec des piscines naturelles et une belle végétation pour vous rafraichir. Il y a tout ce qu’il faut pour vous y loger et vous y restaurer.

Bon, tout ça, c’est bien mignon, mais nous, on a besoin d’en faire un peu plus !

Notre trek de 3 jours au Canyon de Colca

Nous préférons donc délaisser Sangalle pour le moment, pour faire une boucle plus complète de ce site incroyable qui s’étend sous nos pieds. Alors on récupère une carte et les infos qui nous seront nécessaires, et c’est reparti pour marcher avec nos petits sacs à dos, les gros sont restés à l’auberge à Arequipa.

Notre itinéraire est le suivant :

  • De Cabanaconde, on part vers l’ouest, direction Llahuar
  • Le second jour, on file vers l’est, à San Juan de Chuccho
  • Pour finir, on rentre le 3e jour à Cabanaconde

Cela nous fait un joli programme, avec notamment une 2e journée un peu plus difficile que les autres à priori. Prévoyez bien votre eau, car ici on est sous le soleil, et ça cogne dur ! Ajouté aux montées, c’est important de ne pas oublier de s’hydrater.

Jour 1 : de Cabanaconde jusque Llahuar

Pour cette première journée, on nous annonce 4h de descente jusqu’à la rivière Colca. A priori, rien de compliqué. Mais on démarre à 3300m d’altitude tout de même, et sous un soleil de plomb ! Alors on prend quand même un sacré coup. Cette descente n’est clairement pas la plus facile que nous ayons faite pendant nos voyages.

En chemin, on fait la rencontre d’un très beau chien errant, avec des poils longs et d’un noir très profond. On se rend compte rapidement qu’il cherche à nous suivre, car il nous attend tout le temps. A 4 pattes, il avance bien plus vite que nous, mais cela ne l’empêche pas de tirer la langue sous cette chaleur.

  • Cabanaconde canyon de colca

Heureusement, je trouve en chemin une bouteille en plastique, et je la coupe en deux pour lui offrir un peu de notre eau. Il a visiblement l’air d’apprécier le geste, et restera avec nous toute la journée.

Arrivés à la rivière Colca, à 2000m d’altitude, on peut trouver sur la droite du pont des fumerolles, qui cachent des petits geysers qui bordent la rivière. Rien de bien extraordinaire, mais c’est toujours un petit plus après une telle marche ! Après une courte pause, ça nous redonne le courage nécessaire pour arriver à Llahuar 1h plus tard, à 2200m de haut.

  • Canyon de colca llahuar lodge
    Llahuar lodge

Une fois là, il n’y a que 2 familles sur places qui accueillent les voyageurs. Nous on prend l’option Llahuar lodge, et notre ami le chien, que l’on a surnommé Sombro (on est inventif non ?), nous suit toujours. En contrebas, il y a des piscines naturelles qui ont été aménagées le long de la rivière. C’est vraiment top comme spot pour détendre les muscles dans cette eau à 35/45° degrés. N’oubliez pas d’y passer !!!

Pour cette première journée, on a donc fait près de 6h de marche, avec 1300m de descente et 200m de montée. Pas mal pour un premier jour !

Jour 2 : de Llahuar à San Juan de Chuccho

Après un petit déjeuner rapide à notre lodge, dans laquelle nous avons passé une très bonne nuit, on repart avec Sombro qui nous colle toujours au train ! C’est décidé, s’il est toujours avec nous ce midi, je lui paie une assiette de riz.

Cette partie du trek est un peu déconcertante. On remonte une très grande partie du Canyon de Colca, et on voit donc beaucoup de paysages. Mais d’un autre côté, on passe beaucoup de temps sur une route non goudronnée, reliant les différents villages. Donc notre sentiment est mitigé.

Canyon de colca riviere

Après 3h de marche, on arrive à un premier village, celui de Malata. On nous dit qu’il y a un autre village un peu plus loin, avec plus de restaurants pour les randonneurs. Alors on ne s’attarde pas là, même si nous sommes fatigués et affamés !

On arrive ensuite au village de Coshnirwa, dans lequel Sombro se bat avec le chien d’un habitant. On se fait tout petit car Sombro ne nous appartenant pas, on ne veut pas s’attirer d’ennuis. Après cet incident, Sombro nous lâche en croisant un autre groupe de touristes qui fait le chemin en sens inverse… Adieu l’assiette de riz qu’il méritait bien !

Terrasses de Malata
Les Terrasses de Malata

Une fois notre pause du midi faite au dernier restaurant qui se situe juste avant la descente menant à San Juan de Chuccho, on repart par un sentier très beau, très vert, qui longe une rivière. Pensez à demander votre chemin aux locaux pour ne pas le manquer, car il y a 2 chemins possibles pour arriver à San Juan.

Après encore 1h ou 1h30 de marche, nous arrivons à San Juan. Notre conseil, ne vous arrêtez pas au premier village. San Juan est coupé en deux, et les logements les plus sympas sont visiblement dans le deuxième village. Nous on se trouve une nouvelle lodge très sympa, même si un petit scorpion nous fera dormir d’un seul œil cette nuit-là !

Cabanaconde vers Sangalle Canyon
On voit le sentier de Sangalle à Cabanaconde

Pour cette seconde journée, nous avons du marcher 5h, avec environ 250m de montée puis 250m de descente. Clairement plus simple niveau dénivelé, mais pour autant une longue journée de marche sous le soleil encore.

Jour 3 : retour à Cabanaconde

Pour ce dernier jour, on a 4h30 de montée assez raide au programme !

Du coup, on ne perd pas trop de temps, afin d’arriver assez tôt à Cabanaconde. Le but est de pouvoir prendre un bus de retour vers Arequipa le jour même, afin d’enchainer plus rapidement avec la suite de notre voyage au Pérou.

Le chemin est assez facile à suivre. Il faut d’abord descendre vers la rivière Colca, traverser le pont, et tout remonter ensuite ! Le chemin est vraiment sympa, mais très éprouvant quand c’est le dernier jour… En plus, le soleil tape plus fort de ce côté du Canyon, alors on souffre pas mal.

  • Arbre San Juan de Chuccho

Sur la fin, avant Cabanaconde, vous pouvez vous arrêter au Mirador San Miguel, et avec un peu de chance apercevoir un condor dans le ciel. Mais il vous faudra avoir un peu de chance ou de patience :-).

Cette dernière journée, pour laquelle il faudra bien faire attention à avoir de l’eau et à se protéger du soleil, c’est presque 5h de marche pour 1100m de montée ! A cette hauteur, cela peut être très fatiguant, soyez prêts physiquement et mentalement !

Les chiens errants de Colca

Chiens errants canyon de colca
Sombro notre compagnon

De retour à Cabanaconde, on rencontre plein d’autres backpackers comme nous. On discute alors de notre expérience à Colca, et on s’entend tous sur un point : il y a beaucoup de chiens errants !

Ils ne sont pas méchants, tout ce qu’ils veulent c’est attendrir et accompagner les touristes pour avoir de l’eau et à manger. Donc ne soyez pas sur la réserve avec eux.

On discute également avec plusieurs personnes ayant suivi le même chien que nous, et on éclate de rire en apprenant qu’on lui a tous trouvé des surnoms proches : Sombro, Obscuro, Shadow.

Après ce moment très plaisant d’échanges entre voyageurs, il est temps de reprendre un bus vers Arequipa, puis de filer vers notre prochaine destination : l’Oasis de Huacachina !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.